Françoise Laborde sénatrice PRG, membre de l’Observatoire de la laïcité

Dans un souci d’apaisement il était devenu urgent de revoir l’encadrement des structures d’accueil de la petite enfance. La sénatrice PRG Françoise Laborde est membre de l’Observatoire de la laïcité aujourd’hui créée. Nous savons que son expertise sera précieuse.

Monique Boulestin

AFP Paris 6 avril 2013 -L’observatoire de la laïcité, crée en 2007 mais qui n’a jamais fonctionné jusqu’ici, a maintenant un président, Jean-Louis Bianco, ancien ministre et ancien Secrétaire général de l’Elysée, et quinze membres nommés, d’après des arrêtés publiés samedi  6 avril 2013 au Journal officiel. A la fin de son mandat, le président Jacques Chirac avait souhaité la création d’une telle instance chargée de veiller au respect de la laïcité dans les services publics. Mais son successeur, Nicolas Sarkozy, n’avait jamais donné suite. En décembre dernier, le président François Hollande avait annoncé qu’il donnerait vie à cet observatoire en 2013 en le dotant d’une mission supplémentaire: formuler des propositions sur la transmission de la morale laïque à l’école. Jeudi, un arrêté du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault l’avait renouvelé pour cinq ans. Parmi les membres de l’observatoire, quatre parlementaires: le député PS Jean Glavany, la députée UMP Marie-Jo Zimmermann, la sénatrice PRG Françoise Laborde et le sénateur UMP François-Noël Buffet. Ensuite une dizaine de membres (philosophe, chercheurs, juriste….) sont désignés « en raison de leur compétence et de leur expérience », d’après le texte de l’arrêté. Cette instance renaît alors que les débats font rage sur la nécessité d’une nouvelle loi sur la laïcité, notamment pour étendre l’interdiction des signes religieux ostensibles aux établissements accueillant des petits enfants. Ces débats ont été relancés par une décision de la Cour de cassation, qui a invalidé le 19 mars le licenciement d’une employée voilée de la crèche Baby Loup, au motif que le principe de laïcité ne s’applique pas dans le secteur privé.

Source : Jean-Michel BAYLET

Publicités

Révision constitutionnelle et laïcité

Chers Amis radicaux,

Voici le texte du communiqué de presse diffusé suite à la dernière intervention de Françoise Laborde, au Sénat :

Lors de la séance de questions d’actualité au gouvernement, Françoise Laborde Sénatrice PRG de la Haute-Garonne a interpelé Madame Christiane Taubira, Garde des Sceaux, au nom des membres du groupe RDSE, sur les 4 projets de loi de révision constitutionnelle présentés hier en Conseil des ministres.

Elle a regretté qu’aucun d’entre eux ne prévoie l’inscription de la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, dans la Constitution. En effet, l’engagement n°46 du candidat soutenu, il y a un an, par le Parti socialiste et le Parti radical de gauche, était d’« inscrire les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution en insérant, à l’article 1er, un deuxième alinéa ainsi rédigé :

« La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Eglises et de l’Etat, conformément au titre 1er de la loi de 1905, sous réserve des règles particulières applicables en Alsace et Moselle ».

Elle en appelle au gouvernement pour que cet engagement soit tenu. La récente décision du Conseil constitutionnel rappelant que la laïcité avait une valeur constitutionnelle, sauf dans les trois départements du Concordat, ne doit pas le faire reculer. « Le moment est venu de mettre fin à cette exception concordataire héritée de l’Histoire. » a-t-elle ajouté avant de conclure :

« Madame la Garde des Sceaux, vous savez l’importance et le rôle du principe universel de laïcité dans l’émancipation des hommes et des femmes. Vous savez aussi combien la laïcité est une valeur républicaine fragile. Et vous n’ignorez pas non plus les tentatives de dévoiement, et les menaces dont elle fait l’objet de la part des extrêmes. Oui, la laïcité mérite toute notre attention, elle mérite notre protection ! Les radicaux de gauche attendent un signal fort, une « fumée blanche » qui tarde à venir ! »